2 ans d’expatriation aux USA

Voilà 2 ans déjà que nous avons fait le choix d’une nouvelle aventure dans notre vie; celle de l’expatriation. Je vais être honnête avec vous, la première année avait été tellement difficile pour moi moralement que je ne pensais pas survivre à cette deuxième. Et pourtant! Et en plus, avec plus de sérénité! Comme quoi.
Je sais bien que certains diront: « Elle râle alors que c’est le rêve de plein de gens » ou alors « elle a la chance de vivre le rêve américain« . Blablabla.

Je tiens à dire que tout ça n’engage que moi, qu’entre intellectualiser une expatriation et la vivre, la ressentir et/ou la subir, il y a un grand fossé, que j’appelle aujourd’hui l’expérience. Cela m’est propre, avec ce que je suis moi, avec mon hypersensibilité, même si je suis absolument consciente de la chance que j’ai de pouvoir découvrir tout ça. C’est d’ailleurs assez culpabilisant de savoir qu’on vit un truc de fou, qu’on voit des choses magnifiques en voyageant, et qu’en même temps, des fois, on est triste ou angoissé de tout ce que cela implique: l’éloignement familial, la solitude… C’est un paradoxe constant.

Bref, je vous avez quitté sur mon Bilan des un an, puis des un an et demi. Nous voilà aux 2 ans, sachant que la date d’anniversaire pour nous est septembre. Oui je suis un peu en retard. 🙂

Chronologie de cette année.

Septembre 2018:

Nous avons donc été à Yellowtsone national park et Grand Teton rejoindre nos amis venus de France. Grandiose!

Octobre 2018

Un super trip en Louisiane sur la route des plantations et des bayous en famille!

Novembre 2018:

Direction la Floride pour Thanksgiving, en amoureux et nager avec des lamantins! C’était une super expérience!

Décembre 2018:

Vacances en France. Retrouvailles avec la famille et les amis pendant 3 semaines.

Janvier, février et mars 2019: la routine.

Avril:

Un voyage qu’on attendait depuis tellement longtemps! Notre road trip des parcs de l’ouest américain! A nous les vastes paysages et la nature. J’ai commencé les articles de chaque site, promis, le reste arrive très vite. C’était un de nos plus beaux voyages!

Mai, juin:

La routine et la fin de l’année scolaire en tant qu’institutrice pour moi. Fatiguée de cette année mais très heureuse de tout ce que cela m’a apporté!

Juillet:

J’ai eu l’occasion de rentrer en France pour 2 semaines. Je ne l’avais pas fait l’année dernière et ça m’avait manqué! J’ai pu me ressourcer auprès de ma famille et de mes amis! Un vrai moment de retour aux sources et de bonheur. J’ai senti que j’en avais besoin alors je l’ai fait. Petite victoire sur moi-même car c’était la première fois que je prenais l’avion seule à l’international, avec 3 changements et 19h de vol pour chaque. Un comble d’avoir une peur panique de l’avion quand on adore voyager hein…? Mais je l’ai fait, et en suis ressortie plus confiante, plus forte et indépendante.

Août:

Comme depuis avril/mai, il est difficile de profiter des moments extérieurs tant la chaleur est importante. 40 degrés minimum, chaque jour depuis 5 mois (et cela jusqu’à octobre…) Et puis surtout, reprise de l’école! J’ai changé de classe. Je suis maintenant avec les « 3 ans » et une nouvelle collègue avec laquelle je m’entends super bien, mais que je ne comprend presque pas…!

Septembre:

Une autre ville visitée qu’on attendait avec impatience: San Francisco! Notre ville coup de coeur des USA, juste devant Los Angeles. En plus, le papa et la belle-maman de Ben nous on rejoint là bas pour des vacances en famille, ce qui a rajouté du plus à ce voyage!

Nous avons dû aussi renouveler notre permis de conduire (une trentaine de dollars), et le bail de notre location qui varie en fonction du temps que nous pensons rester. Si on reste 4 mois, le loyer sera plus cher que si on reste 12 mois…

Les impressions:

Pour résumer, cette année a été bien plus facile à vivre que la première. J’ai ressenti moins d’angoisses par rapport au fait d’être loin de ma famille et mes crises de spasmophilie de sont espacées pour mon plus grand bonheur!

  • L’Anglais: Nous avons progressé en anglais, mais ne sommes pas bilingues. C’est très difficile à admettre après 2 ans aux USA! Il y a beaucoup de personnes avec qui je peux entretenir des conversations sans aucun problème, mais avec ma collègue par exemple, qui est une pure alabamienne c’est très compliqué. Elle parle très vite, avec un fort accent et use beaucoup du sarcasme (le genre de choses qu’on marmonne très vite, avec un second degré, ou une référence humoristique que je n’ai pas). Mais on s’amuse bien et c’est déjà ça! Je me rassure en me disant que je comprends d’autres personnes et que je me fais très bien comprendre aussi, même si je sais que ce n’est pas parfait. Donc non… Nous ne sommes toujours pas bilingues après 2 ans ici, et notre capacité à parler ou à comprendre dépend aussi de la personne avec laquelle on échange, il faut le garder en tête.
  • Côté pro: Ce travail à l’école me permet d’apprendre plein de nouveaux mots. Mais je communique beaucoup avec des phrases simples et répétitives; ce qui me met toujours en difficulté avec des phrases plus longues et plus élaborées à l’extérieur. C’est le point négatif dans l’évolution de mon anglais. Je ferai un article sur la progression de l’anglais et comment s’en sortir prochainement. Côté management, je garderai en tête la façon de gérer de ma Directrice. Toujours à encourager, organiser chaque anniversaire de prof avec une petite carte et un repas partagé entre collègues, un petit brunch offert de temps en temps avec le petit mot « Merci mes professeurs, vous faites un travail merveilleux! Un petit brunch pour vous remercier » , un petit sms de bon rétablissement quand tu es malade… Bref, faire des « hugs » (câlins), sourire, être gentil, s’appeler par le prénom/surnom, peut aussi imposer une autorité et pousser ses collaborateurs à donner le meilleur d’eux-même, par l’encouragement; sans passer par la distance, la peur ou la menace.
  • Niveau alimentation et santé, malgré notre train de vie équilibré (alimentation et sport), je prends du poids! Grrrr! Nous pensions avec une amie que notre corps d’européen n’est pas équipé pour digérer toutes les substances utilisées ici que nous n’avons pas en France ou peu (hormones à gogo, OGM…) et je vous épargnerai les détails sur le transit! 😀
  • Niveau contact humain: J’apprécie vraiment la mentalité positive américaine. C’est toujours agréable quand une collègue ou une inconnue te dit qu’elle adore tes chaussures, ou qu’une hôtesse de caisse au supermarché commente un truc que tu as acheté du genre: » ah! Je ne connais pas ça, vous en faites quoi? » ou « Hmm j’adore ça, vous connaissez la recette de …? « . Et tout simplement de croiser des personnes qui sourient en vous regardant ou en hochant la tête. Ça met du baume au cœur dans une journée pas terrible. Après, oui, c’est vrai que nous ne savons jamais ce que pense vraiment un américain en général tellement c’est enrobé sous une tonne de « too much« . Mais ça fait parti du truc. Des fois cela m’embête car je suis une personne assez franche qui aime savoir à qui j’ai à faire; et des fois j’ai juste envie d’apprécier de la gentillesse d’une personne, même seulement en apparence.
  • Le climat: Que c’est difficile de passer 5-6 mois à 40 degrés tous les jours… Ça descend rarement en dessous des 30 même après une tempête… La chaleur et l’humidité empêchent quand même de profiter pleinement des extérieurs et c’est dommage. Point positif, il n’y a pas eu d’ouragan cette année sur Mobile! Aujourd’hui, je finis cet article en octobre et ENFIN, il fait plus frais! J’ai pu aérer mon appart’ avec de l’air frais, autre que celui de la clim!! Un bonheur simple! lol
  • Le moral est plutôt bon et ça fait du bien! Encore quelques angoisses de manquer des moments avec ma famille et amis en France, mais ça va mieux. Nous essayons de profiter de chaque expérience ici pour revenir vraiment enrichis de tout ça.

Enfin, la mission de Ben étant de 2 à 3 ans, nous pouvons dire que la fin de cette expatriation arrive petit à petit. Nous sommes en tout cas plus proches de la fin que du début. C’est triste à dire mais c’est surement pour cela que je le vis mieux. Du coup, je profite vraiment de chaque moment! Nous ne savons pas de quoi l’avenir sera fait, mais nous savons déjà que nous rentrons à Noël en France pour les vacances, et ça, c’est chouette!

Un an et demi après

Un an et demi s’est écoulé depuis notre expatriation ici aux USA. Il s’en est passé des choses! Des bonnes, des moins bonnes… Je vous laissais mon bilan des 1 an et celui-ci fera donc suite au précédent. De septembre à mars: Depuis septembre 2018, nous avons donc été à Yellowtsone national park et Grand […]